Sunday, April 24, 2005

vertige

dites-donc, que je me suis arrêté de marcher, et dépassant dans un souffle deux fillettes au coin de la rue, "qui jouaient encore à se tenir en laisse" ? et encore plus loin, des silhouettes sombres, des dos voûtés, qui se soutiennent bras-dessus, bras-dissous, ils n'ont pas vingt ans, un peu plus. chaque griffure que crée un mouvement de tête, sifflant dans l'air, lentement, ou sa capture précoce, tout se recadre, il suffit de peu pour lire dans un regard, ce que l'on peut y voir; "je sais très bien à quel moment exact j'ai trébuché, à quel instant décisif j'ai laissé les autres continuer leur route, ce jour où j'ai décider de rester assis ici, et de ne plus m'en mêler", et de baisser les yeux à nouveau, feignant d'ignorer la brûlure claire que le jour leur inflige, "c'est un insecte fureteur, c'est une irritation".
sortant du fleuve opaque, la créature qui s'agrippe est élancée, sans comune mesure, elle dévore vite le bâtiment ingrat, le premier, en face d'elle; des lumières vives sur le sol, des bouquets de fumée. comme une éruption à sens contraire, " je sais que mon bras inclut et prolonge ce boulevard, je sens leurs rires sur chacun de mes doigts"; et dans ma nuque.
balayé sur la berge, balayé sur le pont, les clapotis redoublent en catimini les signes voluptueux de sa bouche.

No comments: