Sunday, October 30, 2005

le phare dans la brume solide

Las! toujours au bord de la colline, rien d'abrupt ne me jette au bas de l'acéré récif, celà n'effleure que de juste, toute éraflure grisante; il faudrait faire semblant de ne voir dans les becs d'enfants que la capsule de leur ivresse;
les mains sur les yeux
tituber à en creuser, et retirer les miroirs sous les ongles
c'est presqu'un haut-le-coeur de savoir
que même les vitres dessinent des reflêts.

Friday, October 28, 2005

le garçon aveugle en trompe-l'oeil

à chaque
fois que je rêve que je vole, (une fois même, j'allais aussi haut que le visage d'un ami grand et haut, et je lui disais, "tu as vu dis? comme on peut aller haut!"), c'est un envol évident, un détachementun peu doux qui
ne crée aucune déchirure
il n'y a que ce terreau lourd, cet étouffement par reflêt, qui assume enfin sa nature convexe
alors après avoir franchi quelques ports de la marine, usés et pluvieux, on dérape un peu dans un piège qui s'étire, on mange un morceau, on racle le couteau contre le haut du palais, on crache des dents sur le mur, on garde quelques doigts pour après...
"eh bien, dit-il, se cognant contre un arbrisseau, je longe un pré, et là devant, qui est-ce qui attend sous l'abri de pierre ? eh! malignou! crétin arrythmé du bayou, c'est moi!"
par contradiction ou bien par conformisme ? j'ai poliment teinté mes yeux de violet.

appuies-toi un moment sur....

sans le contact si écoeurant des baisers moites de la matière rigide je m'en serais allé déjà quarante fois, riant aux je ne vous crois pas de toutes sortes, ne faiblissant plus devant cette chute du souffle qui force à singer la vraisemblance, le temps d'une rupture figée, pendant une demi-seconde
--------------------------- qui scie le coin de ma bouche

regards absents

Dans l'urgence d'une prise-de-gorge,
aux cris rauques de la mort de la nuit
j'ai nagé sur un plan flasque et intangible
où nous avons quitté notre peau
pour la donner à boire aux enfants gris de la mer.