Saturday, January 07, 2006

newcastle really looks like a cheap japanese fast-food

the upper part of me died in newcastle
the other at yoshinoya's.
il y avait un flot ininterompu de silhouettes décrépies, like a big scratch
battant la mesure de mes doigts frêles
la main sur les lêvre-
each breath ho ho how
fig.1 station debout. les bruits de chair percutent et frottent les vêtements maigrelets
fig.2 retombe là droit comme un piquet
fig.3 retombe là droit comme un piquet
fig.4 étends les bras en croix, et maudis chaque visage
fig.5 les supermarchés de la culture sont une caverne en U où l'air violent tourne sur lui-même
fig.6 l'endroit à changé, la stature et la même, il manque un personnage.

un chanteur irritant s'est donné la mort à montpellier. toutes nos condoléances à sa non-famille.
un architecte barbu, vêtu de peaux d'elfes, dessine des escaliers, et encore des escaliers; quelquechose dans la Lumière à quitté la Lumière, maintenant, le Fil dynamique se ballade quelque part sous la manche, il semble que malgré son envergure, un poisson médiocre le dévore doucement.
le paysage se déchire progresivement, et souffre et se filandre, plus il se rétrécit, plus les distances s'allongent, je refais le rêve de l'oreiller: j'étais dans un train, et tout repèse derrière ma nuque, les rouages s'absorbent mal dans le veloûté des coussins, l'écran-soie traverse ma tête et joue une projection comique. "sailors fighting in the dancehall", entre autres, au pire.
la Lumière réclame le vagabondage.
chaque segment haché par le prisme mime cette saynète:
retombe là, droit comme un piquet.

No comments: