Friday, January 29, 2010

sur le point de tomber dans l'oeil d'une carpe, je repousse à demain mon écueil

pour lutter contre l'oubli, je place mon souffle, selon les méthodes ancestrales, dans la gueule d'une boite de ferraille,


sa courbe n'est qu'une boucle honteuse qui suit le pourtour du parc yoyogi

poursuivant, puis happé.
poursuivant, échappé du gouffre enfin, je regarde pousser les centres insolents aux quatre coins de la mire.

2 comments:

Mr Alchemy said...

I tried reading your poetry through Google translator...

Ha, maybe I need to learn French after all.

It is amusing to see how a machine can interpret poetry.

yOurname said...

no problem, i write like a google translator anyway